La galerie de Korinette

La galerie de Korinette

MES POÉSIES

 

 

 

 

 

 

 

 


La mer - La sirène


                                    

          

 

 


 

 


                                        La mer



                          Oh mer ! Source de vie

                          Prés de toi je m'épanouie

                          Agitée de  vagues rebelles

                          Ta puissance m'est si belle


                          Quand tu voles au ciel ses couleurs arc-en-ciel

                          De tant de beauté je m'émerveille

                          Alors que s'élève le chant des sirènes

                          Ton soleil couchant emporte ma peine


                           Ivre de liberté,  j'envie ton éternité

                           Orage, tempête, rien ne saura  te briser

                           Et quand la nuit tombera sur ma vie

                           De tes abysses s'entrouvrira mon paradis

 

                                                C H 



07/01/2010
1 Poster un commentaire

La sirène


Sirène  au clair de lune avec un dauphin 


 

 

                                                    La sirène


 Assis sur mon rocher, là où s'écrasent les vagues d'écumes

 Douce sirène aux rêves éphémères, mon seul vœu était de vous aimer

 Loin de vous, de cet amour défendu, mon cœur se consume

 Les yeux rivés sur cette mer,  je vous rêvais vous espérais pour un temps  une  éternité 


 Douce folie que la nôtre, voler au temps ces mots et gestes défendus

 Ces baisers tant rêves que nous ne goûterons jamais

 Le temps d'oublier cette pénitence et ne point nous sentir exclus

 Regimber la loi de la morale pour oser nous abandonner

  

 Oh mon amour ! vous que j'attendais sans le savoir

 Donnez  à ma vie un autre sens, un message d'espoir

 Entrouvrez nous les porte de l'interdit pour réécrire l'histoire

Juste une fois laissons-nous cet espoir !

 


                                        CH



 

 

 


07/01/2010
1 Poster un commentaire

Le voyageur







 

                Le voyageur

 

 

      Toi le voyageur infatigable

     Aux senteurs d'ocre et de terre

      Sais-tu qu'à travers ton mystère

      Se racontent des heures interminables

 

      Des sourires, des pleurs, bien des présages

      Se sont écrit sur ces visages

      Le temps n'a  plus d'importance

      Tant à travers ces voyages, ta lumière est immense

  

      Toi le voyageur infatigable

      Brunit par le reflet de la dune enflammée

      Sais-tu que la rumeur raconterait

      Que de ton ciel étoilé naîtraient les plus belles fables

 

      Et que dans les tumultes de tes récits

      Dépeins où imagés se joue ma vie

      Qui entre guerre, révolte et devenir

      Espère, désespère, prend son destin

      Dans l'attente et la lueur d'un avenir

  

     Toi voyageur infatigable

     Courbé sous le poids de tes périples, enrichit d'un bonheur impalpable

     Quand ton pas lourd et fatigué, te forcera à poser pieds

     Que sur ton carnet ta plume tu poseras, et qu'éternelle sera notre amitié

     Parles de moi, qui devenu soldat sanguinaire  dans l'enfer de ces guerres

     Rêve de ton ciel étoilé pour ne connaître que la paix sur cette terre

 

 

                    Corinne  et Cendrine




 

 

 


07/01/2010
2 Poster un commentaire

Toi le poète

 

                                            


                                          Toi le poète

 


        Dans le brouillard de ma vie,  j'ai ressentie ta présence

        Ton souffle sur ma nuque, douce brise aux milles parfums de printemps

        Surgit de nul part, tu embaumes mon existence

        Enfin  te voilà! Toi mon ami que j'attends

 

       Toi le poète aux larmes d'encre qui  redessine mes paysages

       Au soleil levant, je te rejoins sur tes chemins imaginaires

       Douceur d'une âme poétique, ta plume porteuse de messages

       Embellie ma vie de ta mélancolie, de tes mystères

 

       Tes poèmes me réconfortent, alors que je me désespère

       Ton monde est devenu mien,  je m'envole pour un autre destin

       Le brouillard s'en est allé laissant place à un ciel bleu clair

       Prés de toi je m'abandonne, oubliant tous mes chagrins

 

                                                         C H


 


07/01/2010
1 Poster un commentaire

Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser